PACA Ecobiz

On en parle beaucoup mais le crowfunding c’est quoi ?

Le crowdfunding, aussi appelé « financement participatif » ou encore « socio financement », est une manière pour les entreprises et les particuliers de récolter des fonds pour leurs projets. Il s’agit donc d’un mode de collecte de fonds.

Ce mode de financement est également un moyen de fédérer le plus grand nombre de personnes autour de son projet.  Il s’intéresse à toutes sortes de projets.

Dans le cas d’un crowdfunding, les personnes en présences sont le financeur (particulier ou entreprise), qui souhaite apporter son soutien à un projet de création ou de reprise d’entreprise, et le créateur ou repreneur d’entreprise. Ce dernier ne possède pas tous les fonds nécessaires pour son activité et ne veut pas faire appel à une banque. Il peut également vouloir simplement tester son projet sur le marché. L’un et l’autre se rencontrent sur internet via une plateforme dédiée.

Le choix de recourir à une forme de crowdfunding en particulier sera guidé par la nature du projet.

 

Les fonds apportés peuvent être fournis sous 4 formes différentes :

-             Le prêt participatif

-             La plateforme de don

-             Le financement avec prise de participation

-             Le financement sans contrepartie financière

 

Le/les financeurs  peuvent donc :

-             Faire un don (donation ou reward crowdfunding). Il en existe 3 types : le don sans contrepartie, le don avec contrepartie symbolique (une carte postale, un t-shirt à l'effigie de l'entreprise, etc.) et la pré-vente / pré-commande (le produit par exemple pour lequel la campagne de financement a été lancée), Une personne physique ou morale (une entreprise) donne une somme sans rien attendre en retour c’est un don, généralement cette catégorie de financement est propre aux actes associatifs ainsi qu’aux projets personnels.

-             une prise de participation aux fonds propres de la société créée (crowdequity). Il en existe 3 types : l'investissement en capital (rémunération sous forme de dividendes ou de plus-values réalisées lors de la cession des titres), en obligations (rémunération sous forme d'intérêts) ou en royalties (rémunération sous forme de commissions sur le chiffre d'affaires),

-             un prêt (crowdlending). Il en existe 2 types : le prêt sans intérêt et le prêt à intérêt sans caution ni garantie.

Pour fonctionner les plateformes prennent une commission sur le montant des sommes récoltées (5 à 12 %).

Avantages du crowdfunding :

C’est un processus simple de fonctionnement qui a l'avantage de la transparence pour le financeur. En effet, celui-ci sait ce qu'il finance et le fait par choix et selon ses valeurs.

• D’une part, il permet de financer un projet en se passant des banques et dans des délais relativement courts pour les petits projets.

• D’autre part, cette stratégie de collaboration communautaire, au-delà de la simple participation financière, permet de fédérer et se faire entourer pour accompagner son projet, ce qui est idéal pour des associations ou jeunes créateurs d’entreprises.

•  Cette pratique s’appuie sur un critère autre que la simple recherche du profit (comme le ferait une banque) : on a ici une relation de personne physique à personne physique, d’où cette désintermédiation avec les banques et acteurs traditionnels de financement.

• Enfin le crowdfunding permet indirectement de réaliser une étude de marché. En effet les donateurs ou prêteurs peuvent donner leur opinion sur le projet. Si la campagne de « levée de fonds » échoue, il conviendra de déterminer pourquoi et d’en tirer les leçons. Si elle réussit, les participants deviendront de véritables ambassadeurs.

 

Les inconvénients :

Faire appel à une plateforme de crowdfunding a un coût non négligeable puisque elle prélèvent généralement des commissions pouvant atteindre 4 à 12 % du financement obtenu.

 

Réglementation et  risques :

La règlementation bancaire et fiscale est source de contraintes importantes pour les structures proposant des plateformes de financement qui doivent obéir à différentes règles :

  Règles prudentielles identiques à celles des établissements bancaires : identification détaillée du financeur (justificatifs d'identité et de domicile), contrôles anti-blanchiment, anti-terrorisme, etc.

  Règles de contrôle de la qualification des investisseurs car le financement participatif est considéré comme un investissement risqué.

 

La DGCCRF présente sur son site toute l'information utile concernant les risques liées à une campagne de crowdfunding.

Vous pouvez également consulter les sites de l'AMF et de l'ACPR pour plus d'informations sur la réglementation applicable.

 

Informations

Rédacteur
Frédéric BOSSARD
Directeur associé

Date de publication
le 22/05/17 à 09:31


25 novembre 2017 - 05:18 - URL: http://www.cote-azur-ecobiz.fr/jcms/prd_870775/fr/on-en-parle-beaucoup-mais-le-crowfunding-cest-quoi

Powered by Jalios JCMS