PACA Ecobiz

Profession ? Influenceur…

Snapchateurs, Youtubeurs, Instagrameurs, twittos… sont les nouvelles idoles à suivre.

En 2017, le marketing d’influence est plus que jamais intégré à la stratégie des marques car force est de constater que le message publicitaire classique est de moins en moins bien reçu, il est même considéré pour une grande majorité des internautes comme « irritant » et susceptible de déclencher l’installation d’un bloqueur de fenêtres publicitaires.

En revanche, toutes les études démontrent un vif intérêt pour les avis des internautes (produits, services, restaurants…).

Les millennials qui ont grandi avec internet, sont imperméables à la publicité classique mais sont sensibles à la recommandation. Compte-tenu du temps qu’ils passent sur les écrans mobiles et les différents réseaux sociaux, ils sont les premiers touchés par les influenceurs.


Snapchateurs, Youtubeurs, Instagrameurs, twittos… sont les nouvelles idoles à suivre.

Hier simples donneurs d’avis individuel, les influenceurs sont devenus des relais rémunérés par les marques dont les publications sont validées, voire rédigées de manière automatisée pour que l’annonceur maîtrise sa communication.

Une classification des influenceurs selon la stratégie marketing est clairement établie :

Top tail ⇒ Célébrités / influenceurs avec une audience de plusieurs centaines voire millions d'abonnés

Middle tail ⇒ Opinion leader dans un domaine avec une forte communauté engagée

Long tail ⇒ Micro-influenceurs, personnes qui utilisent les réseaux sociaux tous les jours. 


Définir clairement une stratégie pour toucher la cible

Aujourd’hui 71% des marketeurs considèrent le marketing d’influence « stratégique » (dont « hautement stratégique » pour 25% d’entre eux) sans pour autant maîtriser cette nouvelle forme de communication.

Visibilité, lancement de produits, renforcement d’image ces besoins des marques trouvent une solution avec les influenceurs.

Comme dans toute démarche marketing les bonnes questions doivent se poser sur la véritable stratégie, la cible, le retour attendu, les vecteurs d’influence ne seront pas les mêmes selon que l’on vise l’acquisition de fans ou la notoriété.

La vigilance s'impose également envers les tops influenceurs certes très suivis mais aussi très sollicités par les marques et notamment par des concurrents…

 

Top-influenceurs vs micro-influenceurs

Dans les activités de « niche », les micro-influenceurs reconnus dans une communauté très engagés sont à privilégier par rapport un top influenceur généraliste.

Une étude publiée par Digiday confirme que le taux d’engagement des comptes Instagram ayant entre 1000 et 10000 abonnés est de 4% quand il n’est que d’à peine 1,8% pour les comptes ayant plus d’1 million d’abonnés.

La réputation de fiabilité des micro-influenceurs, leur capacité à créer du lien avec leur communauté et leur qualité reconnue d’expert dans leur domaine en font des prescripteurs de choix pour les marques.

Une relation suivie avec ce type d'influenceur est la garantie d'une stratégie déployée à long terme, le marketing d'influence est une communication sur la durée loin de la campagne de pub sur quelques jours. Le phénomène d'attachement à la marque tellement précieux est d'autant plus fort.

 

Informations

Rédacteur
Catherine BIEN
Chargée d'Animation des Professionnels en réseau - Ecobiz

Date de publication
le 07/03/17 à 17:18

Thèmes
Autres infos thématiques
Bonnes pratiques
Communication


25 novembre 2017 - 09:13 - URL: http://www.cote-azur-ecobiz.fr/jcms/prd_814579/fr/profession-influenceur

Powered by Jalios JCMS